Note des utilisateurs: / 2
MauvaisTrès bien 

L’arrivée de nouveaux pensionnaires



L’aquarium que vous contemplez vous semble vide ?, vous ressentez l’envie impérative de rajouter quelques compagnons à vos pensionnaires ? situation courante que nous avons tous vécue (et que nous vivront encore) qui mérite que l’on s’attarde sur quelques principes et précautions élémentaires pour réussir cette opération.

Vous avez dans un premier temps défini la nature du bac que vous vouliez construire (régional ou bac d’ensemble, eau douce ou eau de mer) ou des nouveaux pensionnaires qui s’accommoderaient bien (voir parfaitement) avec ceux déjà présents dans votre bac. Pour cela vous avez consultez des revues, des livres ou bien des amis aquariophiles.

Votre décision est prise, vous vous apprêtez à prendre le chemin qui vous mènera là où se trouvent les raretés que vous convoitez ! mais quels sont les obstacles et les précautions à prendre pour cette acquisition ?

- Surpeuplement : « un bac ne doit jamais être surpeuplé ». Ce principe extrêmement difficile à gérer conditionne pourtant la réussite dans la maintenance des espèces aquatiques. Un bac semble toujours trop vide lorsqu’on le regarde mais il est important de faire en sorte que le nombre de poissons reste limité. La règle des 1cm de poisson (adulte) par litre d’eau est une bonne base qui doit être ajustée en fonction de la nature et du comportement de vos poissons. Cette règle permet cependant, dans un premier temps, d’avoir une idée du peuplement possible.
- Nature des occupants déjà présents. Le choix du peuplement complémentaire doit se faire en connaissant les mœurs de vos poissons (solitaire, vie en couple, grégaires, territoriaux,…). Prenez le temps de choisir vos pensionnaires, renseignez vous auprès d’autres aquariophiles, de votre club (littérature et informations) vous éviterez ainsi les surprises toujours possibles.
- Le bac de quarantaine. L’idéal au moment de l’acquisition de nouveaux pensionnaires est la possibilité de mettre ces nouveaux arrivants en quarantaine. Le bac prévu à cet effet (bac de quarantaine) sera d’une capacité d’environ 30 à 40 litres (plus si la taille des poissons l’exige), équipé d’une bonne filtration sans trop de courant, remplie avec une eau voisine de celle du bac définitif chauffée à environ 25 °C. Les poissons seront placés à leur arrivée dans ce bac et seront suivis pendant environ 1 mois afin de déceler tout problème sanitaire.
- Le choix . Vous voilà sur le lieu où vous allez succomber aux charmes de merveilleuse petites créatures multicolores. Tout d’abord le lieu ; amis aquariophile, éleveur amateur, club, détaillant vous ne trouverez pas ni le même choix ni la même qualité, la qualité étant souvent inversement proportionnelle au choix que vous trouverez. Pensez qu’un poisson issu d’élevage amateur aura toutes les chances d’être en meilleure santé qu’un poisson issu du commerce aquariophile. Cependant lorsque la rareté que l’on attendait depuis si longtemps apparaît il faut bien se décider ! Dans ce cas prenez le temps d’observer l’ensemble des bacs présents, l’aspect, la propreté, la présence (ou de préférence l’absence) de poissons morts ou malades. Vérifiez que le poisson que vous convoitez (ainsi que ces compères du même bac) nage correctement (pas de nageoires collées ni trop abîmées), si vous avez un doute ne le prenez pas et revenez quelques jours plus tard pour vérifier. Si tout vous semble correcte alors vous pourrez sans problème faire votre acquisition.
- Le transport. Vous aurez pris soin de vous munir d’une boite isolante (polystyrène) d’une taille adaptée afin de conserver vos poissons à des températures qui ne fluctueront pas trop pendant leur transport. Les sacs des poissons devront être placés à l’horizontal de façon à créer la plus grande surface d’échange possible entre l’eau et l’air du sac. Ces boites ne devront pas être ouvertes pendant le transport pour éviter toute modification de température et tout stress inutile à nos protégés. Ce transport en boite isolante, même s’il présente une petite contrainte pour l’aquariophile (par sa taille) permettra de réduire au maximum le stress des poissons et évitera bien des morts suspectes.
- Acclimatation. Celle-ci est très simple mais demande un peu de patience. Placer à la surface de votre bac un petit seau plastique propre dans lequel vous verser les poissons et une partie de l’eau du sac de transport. Introduisez de préférence un petit diffuseur d’air, prenez de l’eau de votre bac et versez le dans le seau petit à petit jusqu’à remplir au maximum (sans qu’il coule) le seau plastique. Il vous faudra environ 20 à 30 minutes pour effectuez correctement cette opération. Une fois le seau plein, prélever les poissons avec une épuisette et placez les dans le bac. Ne versez jamais l’eau des sacs de transport dans vos aquariums sous peine de grosses désillusions. Si vous avez fait cette opération dans le bac de quarantaine il vous reste à observez vos pensionnaires pendant un mois avant de refaire cette même opération entre le bac de quarantaine et le bac définitif. Lors de l’arrivée dans le bac définitif, il faudra faire particulièrement attention au comportement des nouveaux venus stressez par leur nouvel environnement mais également pour les pensionnaires déjà présents qui pourraient soit découvrir des concurrents dans ces nouveaux arrivants et leur mener la vis dure, soit les trouver appétissant.

Mais tous les obstacles ont été passé avec succès vous voilà responsable d’une nouvelle population vive, colorée, surprenante voir envoûtante. Reste le plus dur mais le plus passionnant : maintenir le plus longtemps possible, dans les meilleures conditions possibles et surtout avec le plus de plaisir possibles ces petites merveilles aquatiques.
@cacentre.com/DS

Haut de page